Le Burkina Faso fait un grand pas en avant en matière de soins palliatifs et d'accès à la morphine

2 December, 2019

Merci beaucoup pour le partage et félicitations au Ministère de la santé du

Burkina sous le leadership de Madame le Professeur LOUGUE.

La prise en charge de la douleur fait partie de l'offre de soins de santé

de qualité.

Cordialement

*Dr KONFE **Salifou, MD*

GSM: +226 70 25 38 38

Le lun. 2 déc. 2019 à 14:24, Isabelle Huguet-Wachsmuth <hugueti@who.int> a

écrit :

> Chers tous,

>

>

>

> Veuillez trouver ci-dessous ce récent communiqué de presse sur la façon

> dont le Burkina Faso fait un grand pas en avant en matière de soins

> palliatifs et d'accès à la morphine.

>

>

>

> OPIS co-organise une conférence nationale avec le Ministère de la Santé et

> des Hospices du Burkina les 2-3 décembre 2019 à Ouagadougou.

>

>

>

> Genève / Ouagadougou, le 2 décembre 2019

>

>

>

> L'Organisation pour la prévention des souffrances intenses (OPIS), une

> cellule de réflexion basée en Suisse, a le plaisir d'annoncer la tenue à

> Ouagadougou, Burkina Faso, les 2 et 3 décembre 2019, d'une conférence

> nationale sur les soins palliatifs et la douleur qu'elle co-organise avec

> le soutien et la participation officielle du Ministère de la santé et en

> partenariat avec Hospice Burkina, une association nationale des soins

> palliatifs du pays.

> L'objectif de la conférence est de lancer une stratégie nationale de mise

> en œuvre des soins palliatifs dans ce pays d'Afrique de l'Ouest et

> d'assurer l'accès à la morphine à des dizaines de milliers de patients

> chaque année atteints d'un cancer en phase terminale et d'autres affections

> causant une douleur physique intense. L'OPIS a financé la conférence grâce

> à une campagne de financement par la population et a élaboré une stratégie

> visant à étendre l'accès à la morphine à tous ceux qui en ont besoin.

>

> La grande majorité des patients souffrant de douleurs intenses n'ont pas

> accès à la morphine.

>

> La plupart de la population mondiale vit dans des pays où les patients

> souffrant de douleurs aiguës n'ont pas accès à la morphine ou aux soins

> palliatifs, comme en témoigne un important rapport publié en 2017 dans la

> revue médicale The Lancet, et des millions de personnes sont chaque année

> laissées à l'agonie. C'est également le cas au Burkina Faso en Afrique de

> l'Ouest. La morphine elle-même est un médicament relativement peu coûteux

> dérivé du pavot à opium. Toutefois, des lois et règlements trop stricts,

> fondés sur des craintes injustifiées de dépendance et de détournement, et

> le manque de formation du personnel médical à l'administration de la

> morphine, font qu'elle est rarement accessible aux patients dans le besoin

> dans les pays à faible revenu. Sans morphine pour soulager la douleur

> intense, des soins palliatifs adéquats ne sont pas possibles.

>

>

>

> Nouvelle initiative pour soulager la douleur et les souffrances aiguës au

> Burkina Faso, l’Hospice Burkina a été fondé en 2017 par le Dr Martin

> Lankoandé, un anesthésiste dont la mission est d'apporter un soulagement

> aux patients souffrant de douleurs aiguës, la plupart d'entre eux souffrant

> d'un cancer terminal. OPIS a soutenu Hospice Burkina dans cette mission et

> dans l'organisation de cette conférence nationale. Environ 100 participants

> sont attendus, dont des intervenants du secteur de la santé du pays et

> plusieurs intervenants internationaux. Parmi eux, le Dr Anne Merriman,

> fondatrice de Hospice Africa et pionnière dans la mise à disposition de

> morphine orale liquide aux patients en Ouganda et dans de nombreux autres

> pays d'Afrique. La Ministre de la Santé du Burkina Faso, Prof. Léonie

> Claudine Lougue/Sorgho, prononcera un discours d'ouverture. Jonathan

> Leighton, directeur général d'OPIS, parlera de la prévention de la

> souffrance intense comme priorité éthique fondamentale et de l'urgence de

> fournir de la morphine aux patients dans le besoin. Au cours de la deuxième

> journée de la conférence, un atelier sera organisé au cours duquel les

> participants discuteront et finaliseront des stratégies visant à améliorer

> les lois et règlements, à mettre en œuvre la formation et à lever les

> autres obstacles à la préparation et à la fourniture de morphine aux

> patients.

>

> www.preventsuffering.org/burkina

>

>

>

> Très cordialement.

>

>

>

> Isabelle Wachsmuth

>

> Universal Health Coverage and Health Systems

>

> World Health Organization

>

> Geneva, Switzerland

>

>

>

> Office: +41 (0)22 791 3175

>

> Web: www.who.int

>

> Follow WHO on Facebook <https://www.facebook.com/WHO/>, Twitter

> <https://twitter.com/WHO>, YouTube <https://www.youtube.com/user/who>,

> Instagram <https://www.instagram.com/who/>

>

> [image: WHO-EN-C-H]

>

>

>

> You are receiving this message because you are a member of the community

> HIFA-Fr <https://dgroups.org/groups/hifa-fr>.

>

> View this contribution on the web site <https://dgroups.org/_/g0a1w7gf>

>

> A reply to this message will be sent to all members of HIFA-Fr.

>

> Reply to sender <hugueti@who.int> | Unsubscribe

> <leave.HIFA-Fr@dgroups.org>

>